Vous pensiez tout savoir sur les sols fertiles ? Détrompez-vous…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vous pensiez tout savoir sur les sols fertiles ? Détrompez-vous…

Message  Francesca S1 le Lun 27 Mar 2017 - 12:05

par Manal Farhi-Cuarón et Francesca Hellerman

Mots-clés : fertilité des sols, circulation de matière, biotope, biocénose


Dans un contexte où on doit produire de plus en plus de produits agricoles, la fertilité des terres cultivées est de plus en plus cruciale. Selon le ministère français de l’agriculture, un sol fertile doit avoir une structure et une profondeur qui permettent aux plantes de développer leurs racines pour s’ancrer, retenir l’humidité et évacuer l’eau en excès. La fertilité d’un sol peut être mesurée à l’aide du rendement des cultures sur ce sol. Or nous savons que la fertilité varie entre différents sols. On peut donc se poser la question :
De quoi dépend la fertilité des sols ?


I. Qu’est-ce qu’un sol ?

Les étapes de la constitution d’un sol

Le sol est la partie superficielle de la croûte terrestre. Il est constitué de plusieurs couches nommées horizons qui sont parallèles à la surface et homogènes. Le sol se constitue à partir d’une roche mère. Les roches sont soumises à des pressions, des changements climatiques, des transformations chimiques etc… Une longue évolution, pouvant aller jusqu’à des centaines de millions d’années, permet aux roches de se fragmenter et les minéraux se dissolvent ainsi dans le sol. Ensuite, des plantes se développent grâce à cette la matière minérale, et la matière organique qu’elles produisent va créer à la surface l’humus qui est riche en carbone, et nécessaire pour une culture. Une partie rigide se produit et est composée de particules variées : sables pour les grosses particules (0.05 à 2 mm) et limon ou argiles pour les particules les plus fines (moins de 0.002 mm). La roche se transforme sous les effets du biotope (*Milieu défini par des caractéristiques physiochimiques stables et abritant une communauté d’êtres vivants) et de la biocénose (*Ensemble des êtres vivants qui occupent un milieu donné en interaction les uns avec les autres et avec ce milieu). Le sol absorbe et assimile l’azote, le phosphate et le potassium qu’elle restitue en nourrissant des plantes par leurs racines. Les pores de ce sol favorisent la circulation de la matière et des gaz. L’épaisseur d’un sol est de l’ordre du mètre pour les sols français.


II. La fertilité physique

Tout d'abord, la fertilité d'un sol (*capacité d’un sol de donner des récoltes abondantes) dépend de ses caractéristiques physiques. En effet, un sol doit être capable d'accueillir les racines des plantes qu'on y cultive et doit permettre à l'eau, à l'humidité et aux nutriments d’être retenus par le sol autour de celles-ci, pour n'être ni en excès ni en manque. Il y a donc de nombreux facteurs qui permettent au sol de satisfaire ces conditions et donc d'être fertile d'un point de vue physique.

Premièrement, le sol doit permettre aux racines de s'ancrer. En effet, une plante doit être capable d'allonger ses racines vers les profondeurs du sol pour y puiser des nutriments. Sinon, la couche superficielle du sol serait rapidement épuisée et la plante serait incapable de se nourrir. Les racines peuvent bien pénétrer dans un sol si celui-ci n'est pas trop compacté (par le passage de la roue d'un véhicule par exemple). De plus, le sol doit être suffisamment profond pour permettre une bonne croissance des racines.

Par ailleurs, un sol fertile doit absorber l'humidité lorsqu'il en manque et évacuer l'eau en excès. Cette eau est nécessaire à la croissance des plantes. L'infiltration de l'eau dans le sol est favorisée par une forte porosité (*espaces vides du sol, ménagés entre les particules du sol, et occupés par de la solution ou de l'air). Un élément qui peut  empêcher un bon flux d’eau est la formation d’une croûte de battance, (*croûte très dense et compacte à la surface). Cela réduit considérablement le taux d’infiltration de l’eau, (*quantité d’eau qui s’infiltre dans le sol par unité de temps), qui peut passer de 60 mm/h sans croûte de battance à 2 ou 3 mm/h en présence d’une croûte dans un sol limoneux.

Croûte de battance

Ensuite, le sol doit être aéré grâce à sa porosité, qui sert aussi, comme nous l’avons vu, à favoriser le flux d’eau. Les pores doivent être bien organisés pour permettre à l’oxygène de se rendre en profondeur et de se disperser dans le sol. Un sol bien oxygéné permet de nourrir les organismes qui y vivent et qui, à leur tour, transforment la matière organique présente dans le sol en matière minérale qui peut nourrir les plantes. On appelle cette transformation la minéralisation de la matière organique.

Transformation de la matière organique par des décomposeurs

Enfin, le sol doit favoriser la présence de décomposeurs, comme les vers et les microorganismes. Un sol fertile comporte ces organismes pour permettre la minéralisation décrite au paragraphe précédent. Ces organismes ont non seulement besoin d’oxygène, mais aussi de nourriture, et de pouvoir creuser des galeries pour se déplacer, ce qui nécessite que la terre ne soit pas trop compacte.

Pour résumer, la fertilité physique d’un sol dépend principalement de si la terre est peu ou très compacte, de sa profondeur, et de sa porosité.


III. La fertilité chimique

La fertilité chimique correspond à l’abondance des nutriments essentiels pour les plantes dans le sol. Elle désigne la présence de différents éléments chimiques (principalement N, P, K et C) dans le sol. Un sol fertile contient beaucoup de minéraux, souvent sous forme d’ions (voir tableau ci-dessous). Ces minéraux doivent être disponibles et assimilables par les racines. De plus, un sol fertile ne contient pas d’éléments toxiques aux plantes. Il existe deux indicateurs favorables à la fertilité chimique : la capacité d’échange cationique (CEC) et le pH du sol.

Principaux ions contenus dans le sol


Cations qui se fixent sur la matière argileuse et qui sont absorbés dans les racines

La capacité d’échange cationique, ou CEC, estime la capacité du sol à fixer sur lui des cations (voir schéma), qui sont des éléments nutritifs pour les plantes, et s’exprime en milliéquivalents par 100 g de sol (méq/100g) ou en centimoles d'échanges de cations par kilogramme (cmol+/kg). En effet, les argiles qui font partie des sols présentent des lieux où peuvent se fixer des cations, qui seront ensuite absorbés par les plantes à l’aide de leurs racines. La CEC varie entre 0 et 50 : si elle est inférieure à 10, le sol contient beaucoup de sable, peu de matière organique, et retient mal l’eau, ce qui le rend peu fertile. Au contraire, si la CEC est supérieure à 10, le sol est fertile, car il contient des nutriments en assez grande quantité.

Cependant, une quantité suffisante de minéraux ne suffit pas pour la fertilité chimique : ces nutriments doivent aussi être assimilables par les plantes. Il faut donc que le pH soit favorable à la solubilité, et donc à l’assimilation, des éléments nutritifs. En effet, la plupart des éléments nutritifs sont d’autant plus solubles que le pH du sol s’approche de la neutralité (pH=7), tandis que les éléments toxiques sont les plus solubles dans un sol de pH très acide (pH<5) ou très basique (pH>8). Le pH idéal pour un sol fertile se situe plutôt entre 5,5 et 7,5 environ, car les éléments nutritifs y sont assimilables par les plantes, alors que les éléments toxiques le sont peu.

Pour résumer, la fertilité chimique dépend de la quantité d’éléments nutritifs dans le sol (dont la CEC peut donner une indication) et des conditions permettant à ces éléments d’être assimilables par les plantes (surtout le pH).


IV. La fertilité biologique

D’un point de vue biologique, un sol fertile doit contenir certains organismes vivants, qui jouent plusieurs rôles. On peut donc dire que la fertilité biologique d’un sol dépend de la biocénose présente. Les organismes peuvent notamment broyer, réduire puis décomposer les résidus organiques ou favoriser la circulation de l’eau et de l’air en créant des galeries.

Le processus de minéralisation (de l’azote, dans cette image)

D’abord, les organismes vivants du sol permettent de décomposer les résidus organiques qui s’y trouvent et de les transformer en minéraux assimilables par les plantes (processus de minéralisation). Ils participent ainsi à la circulation de la matière. La plupart de ces organismes dits décomposeurs sont des microorganismes (bactéries), des champignons, ou d’autres petits animaux (collemboles, acariens, nématodes).

Exemples de décomposeurs

Par ailleurs, d’autres organismes du sol augmentent la porosité du sol ou y créent des galeries qui permettent de favoriser la circulation de l’air et de l’eau, ce qui correspond à une amélioration des conditions de fertilité physique que nous avons vues auparavant. Par exemple, les taupes, certains rongeurs, les vers de terre, et certains insectes ont cette fonction.
Pour résumer, la fertilité biologique d’un sol dépend de la quantité d’organismes, décomposeurs ou qui créent des galeries, présente dans ce sol. Ceci dépend, comme nous avons vu dans I., des conditions physiques du milieu : température, aération, présence d’eau et de nourriture (matière organique), mais aussi du pH, car des conditions acides empêchent la croissance de plusieurs microorganismes et champignons.


Conclusion

Pour conclure, de nombreux facteurs influencent la fertilité d’un sol, qui peut être vue sous trois aspects : fertilité physique, chimique et biologique. Ces facteurs sont principalement la profondeur, la porosité, la densité, la qualité de la matière organique présente, la quantité d’éléments nutritifs présents, le pH, et la quantité d’organismes décomposeurs du sol. Cependant de nos jours, la répartition des sols fertiles est inégale. Effectivement, comme en témoigne cette carte, la quasi-totalité des sols les plus fertiles se trouve dans les pays du Nord. Ainsi, les endroits où les sols fertiles sont les moins présents sont aussi les endroits où il y a le plus de famines.

Proportion de surface cultivée à travers la planète

- Manal Farhi-Cuarón et Francesca Hellerman, 1eS1


Webographie

Capacité d’échange cationique. Ministère ontarien de l’agriculture, de l’alimentation et des affaires rurales. Web. 13 mars 2012. Repéré à : http://www.omafra.gov.on.ca/french/crops/hort/news/hortmatt/2015/11hrt15a1.htm

La fertilité biologique. Union des Industries de la Fertilisation (UNIFA). Web. 13 mars 2012. Repéré à : http://fertilisation-edu.fr/le-sol/les-etats-de-la-fertilite/la-fertilite-biologique.html

La fertilité chimique d’un sol. Dennis Fox. Web. 13 mars 2012. Repéré à : http://unt.unice.fr/uoh/degsol/fertilite-chimique.php

La fertilité physique d’un sol. Dennis Fox. Web. 13 mars 2012. Repéré à : http://unt.unice.fr/uoh/degsol/fertilite-physique.php

La porosité du sol. Université Virtuelle Environnement et Développement (UVED). Web. 13 mars 2012. Repéré à : http://www.supagro.fr/ress-pepites/Opale/ProcessusEcologiques/co/Porosite.html

Infiltration. Université de Laval. Web. 13 mars 2012. Repéré à : http://www.grr.ulaval.ca/gaa_7003/Documents/Notes_cours_2015/CH_8_Infil.pdf

Qu’est-ce qu’un sol fertile ?. Ministère français de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt. Web. 13 mars 2012. Repéré à : http://agriculture.gouv.fr/quest-ce-quun-sol-fertile-0

Sol. Bourgeois, Maëva, Coquillart, Elise, Cournarie, Morgane et Claire Fassino. Web. 13 mars 2012. Repéré à : http://www.supagro.fr/ress-pepites/sol/co/Sol.html

Francesca S1
Utilisateur

Messages : 7
Date d'inscription : 13/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous pensiez tout savoir sur les sols fertiles ? Détrompez-vous…

Message  GabrielS1 le Ven 14 Avr 2017 - 19:10

Bonjour Manal et Francesca
Vous exposez très bien les conditions nécessaires à la fertilité d'un sol, mais vous n'exposez pas les problémes existants.
Malgré la fertilité des sols de l'hémisphère Nord, la question de pouvoir nourrir l'humanité reste fortement incertaine, particuliérement du à la détèrioration de la qualité des sols, de par l'utilisations des pesticides qui dégradent la fertilité chimique du sol et la surexploitation qui dégradent tout les domaines de critéres de fertilité du sol (les minéraux disparaissent, ainsi que les décomposeurs et autres espèces du sol et du sous-sol, la porosité de la terre est souvent aussi modifiée).
Est-il possible de restaurer ces critères, ou au moins certains, tout en gardant une production suffisante ?
Merci
avatar
GabrielS1
Utilisateur

Messages : 13
Date d'inscription : 13/03/2017
Age : 99
Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Réponse à Gabriel

Message  Manal_S1 le Lun 17 Avr 2017 - 12:24

Bonjour Gabriel,
C'est une question assez délicate car notre sujet ne traite que de la définition d'un sol fertile.
Tu as bien raison, la question de pouvoir nourrir l'humanité entière reste un sujet très médiatisé. Cela est du à la mauvaise répartition de ces sols. La prévention de leur qualité est possible, on peut d'une part réduire la diminution de l'utilisation des machines, utiliser des pneus à basse pression et réduire l'usage des pesticides. Ces techniques peuvent aider, mais en elles même elles ne sont pas très efficaces sur certains sols (comme au renouvellement des prairies, ou sur sols lourds. (sols avec forte teneur en argile)).
D'autre part, il faut voir le taux de matière organique dans le sol. S'il est inférieur à 3.5% dans les sols légers et à 4.5% pour les sols lourds, on estime que le sol est pauvre en matière organique. Ainsi il faut utiliser des apports sous forme de fumier, des résidus de cultures et du compost pour augmenter ce taux.
Cependant, le humus augmente lentement, pour y contrer il faut pratiquer la rotation des cultures. C'est une technique en agriculture et en jardinage qui vise le maintien de la fertilité des sols et l'augmentation des rendements en faisant une rotation des cultures annuelles pour que la terre ne s'épuise pas des ressources.
Il faut aussi contrôler l’érosion, puisque l'augmentation de matière organique entraîne l'augmentation de rétention de l'eau. Les techniques recommandées sont la voie d'eau engazonnée, le bassin de captage, la bande riveraine, le brise-vent, l'orientation des champs perpendiculairement aux vents dominants et l'usage de cultures-abri. Mais le plus économique serait tout juste de maintenir les sols à risque sous couverture végétale.
Voilà des techniques qui peuvent permettre de contrer la baisse de fertilité des sols, cependant il faut faire attention à la sur-fertilisation, qui entraîne souvent la contamination des sols en métaux non essentiels aux plantes, et aussi il est à savoir que ça peux être très coûteux d'utiliser ces techniques, les pays du Sud qui sont pauvres ne peuvent pas se permettre plusieurs de ces techniques, ce qui peut expliquer la répartition inégale des terres fertiles dans le monde.
avatar
Manal_S1
Utilisateur

Messages : 11
Date d'inscription : 13/03/2017
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous pensiez tout savoir sur les sols fertiles ? Détrompez-vous…

Message  GabrielS1 le Lun 17 Avr 2017 - 12:30

Merci beaucoup pour votre réponse éclairée, la fertilisation des sols m'est maintenant clair
avatar
GabrielS1
Utilisateur

Messages : 13
Date d'inscription : 13/03/2017
Age : 99
Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous pensiez tout savoir sur les sols fertiles ? Détrompez-vous…

Message  Manal_S1 le Lun 17 Avr 2017 - 13:03

Mais de rien!
avatar
Manal_S1
Utilisateur

Messages : 11
Date d'inscription : 13/03/2017
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Agriculture biologique?

Message  Antonia S1 le Mer 26 Avr 2017 - 23:31


Bonsoir Manal et Francesca,

Votre article est très intéressant et précis et m’a appris de nombreuses choses sur les sols et leur fertilité (physique, chimique, biologique).
Par ailleurs, l’agriculture biologique peut être vue comme une alternative à l’agriculture intensive et productiviste. Ainsi, c’est une méthode de production agricole qui exclut entre autres l’utilisation de produits chimiques, d’organismes génétiquement modifiés (OGM) et d’irradiations (exposition à des radiations).  Elle a pour but de favoriser et d'aider l’agrosystème et la biodiversité.

Ceci m’amène à une question :
Pensez-vous que l’agriculture biologique est la meilleure option pour garantir la fertilité des sols à long terme par rapport à l’agriculture productiviste ou autres formes d’agricultures existantes?

Merci,

Antonia

Antonia S1
Utilisateur

Messages : 19
Date d'inscription : 13/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous pensiez tout savoir sur les sols fertiles ? Détrompez-vous…

Message  AthanasS1 le Sam 29 Avr 2017 - 20:41

Bonjour Manal et Fransesca;

Votre article est très intéressant;

Or je me demandais si vous pourriez plus me détailee en quoi votre sujet pourrait répondre à la question de nourrir l'humanité,

puisque vous définissez très bien les sols mais ça serait intéressant d'en savoir plus sur l'impact que cela a dans le défi de nourrir l'humanité.

AthanasS1
Utilisateur

Messages : 18
Date d'inscription : 13/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous pensiez tout savoir sur les sols fertiles ? Détrompez-vous…

Message  GabrielS1 le Dim 30 Avr 2017 - 15:21

Bonjour,
Outre le fait d'être d'accord avec Athanas, je voulais vous poser une question:
Là ou l'agriculture intensive influe clairement, par exemple avec l'utilisation de produits chimiques, à la perte, peut-être partielle de la fertilité des sols exposés, l'agriculture biologique respecte-t-elle les sols?
Si non, existe-t-il un type d'agriculture respectueuse des sols ?
Merci
avatar
GabrielS1
Utilisateur

Messages : 13
Date d'inscription : 13/03/2017
Age : 99
Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

pH du sol?

Message  Maia S1 le Dim 30 Avr 2017 - 21:39

Bonjour Manal et Francesca,

J'ai beaucoup aimé votre article qui est très clair et riche en informations et qui m'a beaucoup éclairée au sujet de la fertilité des sols. Cependant, il m'est venu une question en lisant la partie sur la fertilité chimique. Vous avez dit que le pH du sol doit être entre 5,5 et 7,5 environ pour que la fertilité du sol soit idéale, puisqu'à ce pH "les éléments nutritifs y sont assimilables par les plantes, alors que les éléments toxiques le sont peu. ". Je me suis donc posé les questions suivantes:
Qu'est-ce qui détermine le pH du sol? Est-ce que les minéraux présents dans le sol ont un impact sur ce pH et donc est-ce que les intrants chimiques utilisés peuvent jouer un rôle? Si c'est le cas, y aurait-il une agriculture qui favoriserait la fertilité chimique de par les intrants utilisés, et sans prendre en compte d'autres facteurs qui peuvent influencer la fertilité?

J'espère que mes questions sont claires et désolée pour l'intervention qui se fait un peu à la dernière minute.

Merci,
Maia

Maia S1
Utilisateur

Messages : 17
Date d'inscription : 13/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Réponse à Athanas

Message  Maia S1 le Dim 30 Avr 2017 - 23:26

Bonjour,

Ta question m'a intéressée et comme les filles n'ont pas encore répondu, je vais tenter d'y répondre de mon mieux, même si je n'ai pas écrit l'article et donc je ne sais pas beaucoup à ce sujet.
Il me semble que la fertilité des sols est un des enjeux les plus importants de l'agriculture mondiale puisqu'elle détermine ce que l'on pourra produire et les quantités produites pour pouvoir nourrir la planète. La fertilité des sols étant la "capacité d’un sol de donner des récoltes abondantes" (voir l'article), plus un sol est fertile, plus on pourra produire et plus on pourra nourrir de personnes. C'est là que rentre en jeu le type d'agriculture utilisée, comme le mentionnent Gabriel et Antonia. En effet, pour qu'un sol soit fertile, à la fois physiquement, chimiquement et biologiquement, il faut que les conditions propices soient réunies pour donner un rendement maximal. Les intrants utilisés seront donc importants car ils détermineront par exemple la présence ou non de certains minéraux, la présence de décomposeurs essentiels à la minéralisation ou encore la porosité de la roche. Comme je n'ai pas été plus en profondeur à ce sujet, je ne peux pas te donner tellement plus de précisions, mais l'idée est la suivante. Si l'agriculture utilisée, et plus précisément les intrants utilisés, réunissent les conditions les plus favorables possibles à la fertilité des sols, les rendements seront élevés et permettront de nourrir plus de personnes. Ainsi, il s'agit de savoir quelle agriculture est la plus propice à la fertilité des sols et donc maximise les rendements (ce que s'interroge également Gabriel). Cependant moi j'ai une question un peu ouverte mais qui repose essentiellement sur un paradoxe. On peut dire presque certainement que l'agriculture intensive a des impacts négatifs sur la qualité et la fertilité du sol, puisqu'elle l'épuise et "cause une perte majeure de matière organique", entre autre (voir l'article de Inés et Tiffany sur "L'impact de l'agriculture intensive sur la qualité du sol"). Cependant, jusqu'à maintenant, elle reste l'agriculture la plus productive, malgré ses effets néfastes sur l'environnement. Ma question est donc, faut-il avantager le court terme en favorisant l'agriculture intensive qui produit le plus, ou le long terme en tenant compte du fait qu'à un moment donné les sols seront épuisés si on utilise trop l'agriculture intensive? J'aimerais connaître ton opinion à propos de ça (et de ce fait celle de tous ceux qui voudraient répondre) car je trouve ce problème très intéressant. D'ailleurs, la question du court terme par rapport au long terme peut s'appliquer à beaucoup d'autres sujets en lien avec le choix d'agriculture, et c'est un des problèmes auxquels font face les pays d'aujourd'hui.

J'espère que j'ai été assez claire et je comprends si tu n'as pas le temps de répondre puisqu'il est assez tard déjà, mais merci quand même pour ta question.

Maia

Maia S1
Utilisateur

Messages : 17
Date d'inscription : 13/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous pensiez tout savoir sur les sols fertiles ? Détrompez-vous…

Message  Maia S1 le Lun 1 Mai 2017 - 0:54

Bonsoir,

En relisant votre article, une question m'est venue que je pense serait intéressante à contempler. Comme la fertilité des sols détermine les rendements et donc la production d'aliments dans un pays, concevez-vous que la fertilité des sols et donc la disponibilité des terres cultivables ait un impact sur le développement d’un pays? Si oui, quelles pourraient être les mesures prises pour aider les pays moins développés à avoir des sols plus fertiles et donc avoir de meilleurs rendements? Des techniques pourraient être utilisée pour améliorer la fertilité des sols, par exemple un système fourrager polyculture-élevage à faible usage d'intrants qui a été élaboré par la CEDAPA ( selon http://www.poitou-charentes-nature.asso.fr/partage/CAPEAU/5-fiche-agri_resp_env.pdf ), et les pays plus développés pourraient aider à les introduire dans les pays moins développés. Qu'en pensez-vous?

Merci beaucoup
Maia

Maia S1
Utilisateur

Messages : 17
Date d'inscription : 13/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous pensiez tout savoir sur les sols fertiles ? Détrompez-vous…

Message  Francesca S1 le Lun 1 Mai 2017 - 0:55

Bonsoir à tous,

Pour répondre à Athanas (et Gabriel) au sujet de la problématique générale du forum:
Nous avons écrit notre article avec un but purement informatif: définir un sol fertile et les principaux éléments et conditions qui le composent, afin de permettre aux autres élèves de comprendre cette notion et de l'utiliser pour débattre sur d'autres articles. Cela explique pourquoi notre article ne présente pas vraiment notre opinion par rapport à la problématique générale. Le lien à faire entre notre article et le problème de nourrir l'humanité est que la fertilité des sols est un enjeu important, qui doit être considéré lorsqu'on réfléchit aux types d'agriculture. Par exemple, l'agriculture intensive est peu soucieuse de la fertilité des sols à long terme, et peut mener à un fort appauvrissement du sol.

Cela me mène à répondre à la question d'Antonia et de Gabriel au sujet de l'agriculture biologique:
Comme j'ai dit ci-dessus, l'agriculture intensive peut mener à une baisse de la fertilité des sols. L'agriculture biologique est beaucoup plus respectueuse de la fertilité des sols, car elle vise à respecter l'environement. Comme elle n'utilise pas d'engrais ou d'OGM, elle dérange peu les éléments chimiques présents dans le sol, et laisse en quelque sorte la nature se réguler d'elle-même. Mais il existe aussi bien d'autres méthodes qui permettent d'améliorer la fertilité des sols, comme l'a expliqué Manal dans sa réponse pus haut.

Francesca

Francesca S1
Utilisateur

Messages : 7
Date d'inscription : 13/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Organismes décomposeurs

Message  Maia S1 le Lun 1 Mai 2017 - 1:03

Bonsoir,

J'avais également une question qui se rapportait plus précisément à votre article, quand vous parlez de la fertilité biologique et des organismes décomposeurs. Il est assez clair que selon le sol que l'on a on ne retrouve pas les mêmes organismes décomposeurs. Je me suis donc intéressée à qu'est-ce qui pourrait faire cette différence. Autrement dit, qu’est-ce qui détermine la présence de certains organismes décomposeurs dans le sol? Comment la présence de certains minéraux ou la structure du sol peuvent-elles favoriser ou au contraire défavoriser la survie de ces organismes?

J'espère que ma question est assez claire, et je serais très intéressée d'avoir une explication à ce sujet.

Merci beaucoup,
Maia

Maia S1
Utilisateur

Messages : 17
Date d'inscription : 13/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous pensiez tout savoir sur les sols fertiles ? Détrompez-vous…

Message  Francesca S1 le Lun 1 Mai 2017 - 1:04

Maia S1 a écrit:Bonsoir,

En relisant votre article, une question m'est venue que je pense serait intéressante à contempler. Comme la fertilité des sols détermine les rendements et donc la production d'aliments dans un pays, concevez-vous que la fertilité des sols et donc la disponibilité des terres cultivables ait un impact sur le développement d’un pays? Si oui, quelles pourraient être les mesures prises pour aider les pays moins développés à avoir des sols plus fertiles et donc avoir de meilleurs rendements? Des techniques pourraient être utilisée pour améliorer la fertilité des sols, par exemple un système fourrager polyculture-élevage à faible usage d'intrants qui a été élaboré par la CEDAPA ( selon http://www.poitou-charentes-nature.asso.fr/partage/CAPEAU/5-fiche-agri_resp_env.pdf ), et les pays plus développés pourraient aider à les introduire dans les pays moins développés. Qu'en pensez-vous?

Merci beaucoup
Maia
Bonsoir,

Comme tu l'as peut-être lu, Manal et moi nous posions une question similaire dans l'ouverture de notre article. En effet, la présence de sols fertiles est très importante pour un pays. Pour citer quelques exemples historiques, elle explique l'instalation des populations le long du Nil, ou dans la Vallée du Saint-Laurent en Nouvelle-France. La distribution inégale de terres fertiles sur Terre est un vrai problème, que je n'ai cependant pas beaucoup approfondi dans les recherches pour mon article. Les solutions que tu proposes me sembles judicieuses. Une aide apportée par les pays développés aux pays moins développés serait idéale, car les premiers possèdent des établissements de recherche, et les derniers pourraient grandement en profiter pour améliorer la qualité de vie de leurs habitants. Par contre, la mentalité des pays développés aujourd'hui me fait craindre qu'une telle aide ne se concrétisera pas dans un futur proche...

Merci pour tes interventions intéressantes Smile
Francesca

Francesca S1
Utilisateur

Messages : 7
Date d'inscription : 13/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous pensiez tout savoir sur les sols fertiles ? Détrompez-vous…

Message  Francesca S1 le Lun 1 Mai 2017 - 1:19

Maia S1 a écrit:Bonsoir,

J'avais également une question qui se rapportait plus précisément à votre article, quand vous parlez de la fertilité biologique et des organismes décomposeurs. Il est assez clair que selon le sol que l'on a on ne retrouve pas les mêmes organismes décomposeurs. Je me suis donc intéressée à qu'est-ce qui pourrait faire cette différence. Autrement dit, qu’est-ce qui détermine la présence de certains organismes décomposeurs dans le sol? Comment la présence de certains minéraux ou la structure du sol peuvent-elles favoriser ou au contraire défavoriser la survie de ces organismes?

J'espère que ma question est assez claire, et je serais très intéressée d'avoir une explication à ce sujet.

Merci beaucoup,
Maia
Bonsoir,

Dis donc, tu es vraiement une machine à questions Wink ! Ce n'est pas grave, tu fais bien avancer le débat:)

Je n'ai pas beaucoup de temps pour développer ma réponse, mais de manière générale les conditons de fertilité chimique et physique sont aussi favorables aux décomposeurs. Ainsi, ils doivent avoir un sol peu compact, hydraté, oxygéné et riche en matière minérale et organique, pour pourvoir y survivre. Par exemple, un vers doit pouvoir creuser des galeries (sol peu compacté), respirer (sol oxygéné) et se nourrir (matière minérale et organique). Comme pour les plantes, les différentes conditions du milieu, comme la température et le pH, influent sur la diversité des décomposeurs qui ont chacun des conditions idéales.

Je suis désolée de ne pouvoir répondre en plus de détail ce soir, mais si cette réponse brève ne te satisfait pas, n'hésites pas à me le dire, et je tenterai de m'informer avec plus de détails quand je le pourrai.

Francesca

Francesca S1
Utilisateur

Messages : 7
Date d'inscription : 13/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous pensiez tout savoir sur les sols fertiles ? Détrompez-vous…

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum