Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Pour ou contre les pesticides et les OGM ?

Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ? - Page 2 I_vote_lcap22%Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ? - Page 2 I_vote_rcap 22% 
[ 2 ]
Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ? - Page 2 I_vote_lcap78%Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ? - Page 2 I_vote_rcap 78% 
[ 7 ]
 
Total des votes : 9

Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ? - Page 2 Empty Re: Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ?

Message  Florent1S1 le Sam 18 Mai 2019 - 19:47

StephenS1 a écrit:
Florent1S1 a écrit:
Dana S. S2 a écrit:
Florent1S1 a écrit:Bonjour Jeanne et Dana,
Je trouve votre article fort intéressant, et bien documenté. Il nous ouvre les yeux sur les dangers de notre alimentation, ce qui est extrêmement important dans le monde d'aujourd'hui.
J'avais une question concernant les dangers potentiels des OGM pour la santé. Dans votre article, vous avancez le fait que l'utilisation fréquente d'OGM peut mener à de nouvelles souches de bactéries résistantes aux antibiotiques. Toutefois, vous dites vous-mêmes que les expériences réalisées sur ce sujet n'ont pas validé ce phénomène.
De plus, chaque produit issu de l'agriculture à base d'OGM est testé minutieusement avant sa mise sur le marché.
Pensez-vous donc que ceci pose réellement un danger sur la santé des êtres humains? Si oui, devrions-nous continuer la recherche et le développement des OGM malgré les risques qu'ils présentent?
Merci beaucoup,
Florent 1S1

Bonjour Florent,

Effectivement, de nos jours les quelques expériences réalisées sur des animaux nourris d'OGM démontrent qu'il n'y a pas d'effets voire peu d'effets sur la santé de ces derniers. Cependant, ces expériences restent plutôt rares et ne sont réalisées que sur une consommation à court terme. Ce qui veut dire que nous ne sommes pas sûrs des conséquences que peuvent avoir ces OGM sur notre santé si l'on consomme en grande quantité et sur une longue période de temps. Le Ministère de la Santé du Québec affirme qu'«il faut rester attentif aux impacts potentiels à long terme sur la santé» et qu'«il demeure nécessaire de poursuivre les évaluations de leur sécurité avant de les commercialiser, afin de prévenir tout risque pour la santé et l'environnement».
C'est bien le cas des nouvelles souches de bactéries résistantes aux bactéries qui peuvent se développer. Dans ces cas là, les conséquences de cette utilisation sont irréversibles.
Les chercheurs ne peuvent donc pas prédire les mutations que peuvent avoir les gènes. C'est bien l'un des facteurs de risques qu'ont les OGM sur la santé humaine.
Pour plus d'informations concernant ce sujet, je te propose le site du Ministère de la Santé du Québec ainsi que ses articles sur l'utilisation des OGM : http://www.ogm.gouv.qc.ca/sante_et_environnement/sante/risques_potentiels/sante_risques.html


Personnellement, je trouve que les OGM, si ils peuvent être évités, doivent être éliminés de nos techniques d'agriculture du fait des risques de mutation. Cependant, il y a certains cas où l'utilisation des OGM est indispensable pour subvenir aux besoins d'une population, par exemple dans le cas de carence en vitamine ou en fer. La seule chose que l'on peut dire c'est bien que ce sujet est énormément débattu du fait de l'absence de données concrètes qui prouvent ou non les risques des OGM.
J'espère avoir bien répondu à ta question,
Dana.
Bonjour Dana,
Cela serait donc un risque lié à une utilisation d'OGM à long terme et en forte quantité si je comprends bien.
Je suis complètement d'accord que les OGM sont indispensables dans certain cas afin de pouvoir répondre aux besoins nutritifs d'une population. Toutefois, même si quasiment 13% de la population mondiale souffre de malnutrition, le reste est capable de subvenir à leurs besoins, et n'ont donc pas besoin d'aliments plus nutritifs pour vivre correctement.

Devrions-nous retirer les OGM des marchés de pays n'en ayant pas besoin afin de continuer les recherches et savoir exactement leurs risques; et réserver leur usage aux populations souffrant de malnutrition?
Merci beaucoup,
Florent 1S1

Bonjour Florent,
Ta question sur ''devrions-nous retirer les OGM des marchés de pays n'en ayant pas besoin afin de continuer les recherches et savoir exactement leurs risques; et réserver leur usage aux populations souffrant de malnutrition?'' me parait aux premiers abords rhétorique ou ''incorrecte''; car il semblerait évident vu la tournure de ta phrase, forcément  si les OGM sont néfastes ou possiblement  néfastes,  on devrait forcément les retirer si le pays n'en n'a pas besoin. Ta question devrait plutôt donc porter  non pas sur devrions-nous les retirer,   mais plutôt sur peut-on et comment les retirer?  
En effet nous savons que les OGM occupent une part importante dans l'agriculture et l'alimentation de nos jours, très mondialisée. Ce n'est pas seulement une question d'aliments plus nutritifs  dont une partie de la population pourrait se passer comme tu dis; car en plus, les aliments pour une partie seraient moins nutritifs : Des travaux menés aux Etats-Unis sur 43 fruits et légumes, et publiés en 2004, indiquent que les concentrations ont baissé : 20 % pour la vitamine C, 15 % pour le fer, 16 % pour le calcium ou encore 6 % pour les protéines.
« Les efforts pour cultiver de nouvelles variétés offrant de meilleurs rendements, une résistance aux insectes et une meilleure adaptation aux conditions météo ont permis aux plantations de croître plus et plus rapidement, mais la capacité des variétés à produire des nutriments n’a pas suivi cette croissance rapide », selon Donald Davis, chercheur à l’Institut biochimique de l’université du Texas. (voir : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/10/12/qualite-nutritive-des-aliments-des-inquietudes-et-des-exagerations_5012617_4355770.html )
Ils sembleraient donc qu'il faille en consommer plus pour un apport nutritif équivalent...

Aussi, la plupart des animaux destinés à l’alimentation humaine sont nourris de maïs et de soja génétiquement modifiés (GM). Cependant, des études ont démontré que leur digestion fait en sorte qu’on ne retrouve pas de traces d’OGM dans le lait, la viande ou les œufs.
Finalement, ce sont dans les aliments transformés que l’on retrouve la grande majorité d’OGM, sous forme d’ingrédients comme l’amidon, la farine, les sirops, la lécithine, etc. Ces ingrédients dérivés du soja, du maïs et du canola sont présents dans des centaines de produits comme les barres tendres, les mélanges à crêpes, les biscuits, les céréales, etc... Mais les étapes comme la cuisson, la digestion, le raffinage... élimineraient la majeure partie du patrimoine génétique original. (voir : https://quebec.huffingtonpost.ca/2017/05/29/ogm-aliments-_n_16867444.html) pêche

De plus, l'exploitation d'OGM n’empêche pas la recherche, au contraire, c'est aussi en étudiant leur impact et leur emploi qu'on peut l'étudier.

Bonjour Stephen,
Tu dis que certaines plantes peuvent avoir une valeur nutritive plus basse après modification génétique. Pour appuyer ceci, tu prends une citation parlant d'un organisme ayant été modifié afin d'offrir "de meilleurs rendements, une résistance aux insectes et une meilleure adaptation aux conditions météo" Il y a une expression qui dit "trop de modifications génétiques tuent les modifications génétiques." (expression qui ne s'applique pas seulement aux modifications génétiques Laughing ). Si nous cherchons à créer une plante avec des valeurs nutritives plus importantes, nous devrons nous focaliser sur cet aspect, et non sur tout pouvant être modifié dans cette plante.
Mais d'après le site du gouvernement du Québec, il serait possible de créer des aliments avec des valeurs nutritives importantes à l'aide de la transgenèse.
(Pour plus d'information,voici le site: http://www.ogm.gouv.qc.ca/sante_et_environnement/sante/benefices_potentiels/avantages.html)

Je suis d'accord sur le fait que les tests et expériences sont nécessaires afin de pouvoir étudier un produit en profondeur. Toutefois, je pense que nous  devrions faire tout d'abord des essais sur des échelles réduites, et non sur toute une population de plusieurs millions de personnes, afin de vérifier si la consommation d'OGM est nocive ou non à la santé des consommateurs.
Merci,
Florent 1S1

Florent1S1
Utilisateur

Messages : 20
Date d'inscription : 01/05/2019

Revenir en haut Aller en bas

Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ? - Page 2 Empty Re: Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ?

Message  StephenS1 le Sam 18 Mai 2019 - 21:32

MaxLS1 a écrit:
Dana S. S2 a écrit:Mots clés : pesticides, organismes génétiquement modifiés (OGM), impact sur la santé


        Depuis quelques années, les scientifiques se sont rendu compte que la qualité de notre alimentation est en déclin. En effet, la nourriture industrialisée est depuis longtemps connue pour ses effets néfastes du fait des produits chimiques qu’elle contient.
        Cependant, l’agriculture, qu’on pensait être inoffensive se révèle en fait comme pouvant être néfaste à cause de l’utilisation des pesticides et à l’utilisation d’organismes génétiquement modifiés (OGM).
        Comment l’utilisation de pesticides et d’OGM a-t-elle un impact sur la santé ?

Les Pesticides :

        Qu’est-ce que les pesticides ?  

        Les pesticides sont des produits chimiques utilisés pour éliminer les insectes pouvant abîmer les cultures ainsi que les végétaux, notamment les adventices (les mauvaises herbes) qui sont nuisibles à la production agricole.
Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ? - Page 2 Pestic13

      Pourquoi sont-ils dangereux pour notre santé ?

        Malgré leur aspect pratique pour l’agriculture, les pesticides sont des substances toxiques qui présentent des aspects nocifs sur la santé humaine. Il existe plusieurs types de pesticides, par exemple les herbicides, les insecticides, etc., dont la toxicité varie. Certains contiennent des produits chimiques organochloré, c’est-à-dire issue de l’industrie de chlore, qui sont parfois cancérogènes.
        Comment sommes-nous exposés aux pesticides ?      

        Une personne peut être exposée aux pesticides de plusieurs façons.
        Tout d’abord, un agriculteur ayant manipulé des pesticides peut en absorber par voie buccale s’il porte ses mains vers sa bouche sans les avoirs lavées (par mal attention par exemple).
        De plus, une fois utilisés, les pesticides peuvent se répandre dans l’air ou les lacs. On peut donc en respirer ou en avaler sans le savoir.
        Finalement, l’alimentation est considérée la principale source d’exposition aux pesticides et plus particulièrement nos fruits et légumes et nos aliments d’origines animales. Une personne peut être exposée aux pesticides si elle mange un fruit contaminé par ces derniers.
        Quels effets ont-ils sur notre santé ?      

        D’après un article du Monde, les agriculteurs seraient les premières victimes des pesticides. En effet, certains meurent de maladies à cause de ces derniers.
        Le problème majeur c’est que même avec une faible exposition, les pesticides peuvent avoir de graves conséquences sur l’organisme. Par exemple, ils peuvent provoquer l’infertilité masculine, des cancers mais également atteindre gravement les fœtus en provoquant par exemple des avortements spontanés ou de graves malformations fœtales. De plus, les pesticides ont été la cause de nombreuses intoxications parfois mortelles, comme des intoxications aigües ou chroniques.
        Comment éviter le contact avec les pesticides?  

        Afin d’éviter au maximum le contact avec les pesticides, vous pouvez prendre l’habitude de bien laver vos fruits et légumes afin de réduire la quantité de pesticides se trouvant sur leur surface.
        Le saviez-vous?

        Lors de la guerre du Viêt Nam, un herbicide, connu sous le nom d’agent orange, a été utilisé pour assurer une déforestation afin d’empêcher les combattants ennemis de se dissimuler. Ces produits ont été responsable de nombreuses maladies chez les militaires les dispersant et également chez les civils et combattants vietnamiens évoluant dans les zones exposées.
Les OGM :

        Comment obtenir des organismes génétiquement modifiés (OGM) ?

        Un organisme génétiquement modifié est un microorganisme tel qu’une plante ou un animal auquel on a modifié le patrimoine génétique par la technique de la transgénèse. Cette modification se fait afin d’attribuer à l’organisme des caractéristiques manquantes telles que l’habilité de survire dans des températures très froides.
Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ? - Page 2 Biotec12

        L’exemple le plus commun de plante modifiée est le maïs Bt auquel on insère le gène d'une bactérie. Ce gène permet au maïs de fabriquer une protéine insecticide qui permettra de tuer les insectes non désirés.
Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ? - Page 2 Tzolzo10

        Pourquoi sont-ils dangereux pour notre santé ?

        Les fabricants d’OGM utilisent souvent des gènes de résistance aux antibiotiques dans la fabrication des gènes modifiés. Ces gènes permettent à la plante de résister à des bactéries et ainsi avoir une meilleure culture.

        Même si à ce jour les résultats des expériences réalisées sur des animaux nourris d’OGM démontre qu’il n’a pas d’impact significatif suivant l’utilisation des OGM dans l’alimentation de ces animaux, il est fort possible que l’utilisation fréquente de ces OGM mène au développement de nouvelles souches de bactéries résistantes aux antibiotiques. Par conséquent, si un individu est infecté par ces dernières, les antibiotiques ne seront plus efficaces. Ceci pose donc un danger sur la santé des êtres humains.

        De plus, les conséquences négatives des OGM sur notre environnement nous affectent davantage. En effet, lorsque les industriels créent des OGM, ces derniers peuvent se muter créant des adventices capables de résister aux herbicides. Les agriculteurs utiliseront donc des herbicides plus forts et donc plus toxiques et dangereux pour les consommateurs. C’est l’exemple de l’entreprise Monsanto qui vend à la fois les semences des organismes génétiquement modifiés et les herbicides pour éliminer les végétaux qui y résistent. Tout cela se fait pour le but de faire de l’argent.
        Où se trouvent les OGM dans notre assiette?    

        Les plus grandes cultures d’OGM touchent les graines de maïs qui nourrissent le bétail, le canola et le soja. D’après un article du Huffington Post Québec ces plantes génétiquement modifiées « sont majoritairement destinées à l’alimentation des animaux d’élevage » (quebec.huffingtonpost.ca/). Cependant, ceci n’exempte pas le fait que ces OGM peuvent nuire à notre santé.
        Le saviez-vous?

        La première culture d’OGM au monde touche le coton. La surconsommation et le développement de la mode conduise les cultivateurs de coton a utilisé des plantes génétiquement modifiées pour répondre aux besoins de la société.
JR et DS

Question de débat

         - Devrait-on interdire l'utilisation des pesticides et des OGM ?


Sources:
http://www.fondation-nature-homme.org/magazine/pourquoi-les-ogm-sont-mauvais
http://ogm-tpe-ribeaupierre.e-monsite.com/pages/les-differents-types-d-ogm.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pesticide
http://tpe-pesticides.over-blog.com/article-i-composition-64479331.html
https://www.quebec.ca/sante/conseils-et-prevention/sante-et-environnement/pesticides-et-risques-pour-la-sante/
https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/pollution-sont-dangers-pesticides-4105/
https://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/33609/de-nouveaux-ogm-se-cachent-ils-nos-assiettes
https://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/06/23/les-agriculteurs-premieres-victimes-des-pesticides_4956586_1652692.html
https://quebec.huffingtonpost.ca/2017/05/29/ogm-aliments_n_16867444.htmlguccounter=1&guce_referrer=aHR0cHM6Ly93d3cuZ29vZ2xlLmNvbS8&guce_referrer_sig=AQAAAC4e2EqJNrlxGdicT2iLoprCHsRgHfM1z5wisKeufGe_GKN61MGfM6un8yGFlzziR_vGRM4lCURzPpnObISSletme1Q-uLI0MaqyNnVqv4_d8T7OAHb3RvZ131Yq86esm97Rnq6GvPSN52gd4mH8qjsMeTDZNCirdeXqmWFFXYQq[/justify]

Bonjour Jeanne et Dana, j'ai trouvé votre article très bien construit cependant vous ne nous donner pas de solutions viable aux OGM. Ma question est donc la suivante: selon vous, quelle serait la/les méthodes les plus efficace afin de palier l'utilisation d"OGM tout en répondant à la quantité astronomique de nourriture exigée (dans les pays développés) ?
Merci d'avance pour votre réponse.
Max L

Salut Max,

Je me permets de te répondre car ta question m'a tout de suite interpellé. Selon moi une méthode efficace pour pallier l'utilisation d'OGM serait  l'agriculture biologique, en effet comme Florent et Rostan l'expliquent également dans leur article, l'agriculture biologique est plus saine et garantirait des produits de meilleure qualité que les produits de l'agriculture conventionnelle ou OGM;  mais son problème majeur est le coût,  car les produits qui sont dits ''bio'' coûtent bien  plus cher sur le marché que les autres produits  du à la quantité pour l'instant relativement petite sur le marché par rapport aux autres produits et au coût que nécessite le soin de leur production. Néanmoins les populations prennent de plus en plus conscience des dangers potentiels des agricultures à pesticides ou OGM, et se tournent vers les cultures bio. On ne peut pas forcer les industries ou un État à n'adopter que cette forme de culture et bannir les autres mais il n'est pas impossible d'envisager cela en développant des cultures biologiques tout en diminuant petit à petit les autres  (par impopularité). La part de bio sur le marché serait plus grande et économiquement moins un produit est rare moins il est cher. Le prix des produits baisserait, et comme ils seraient plus accessibles la demande serait plus grande et  cette culture devrait donc se développer augmenter et ainsi de suite, petit a petit basculant dans une production bio de norme. Dans ta remarque tu parlais d'une solution viable  ( cela veut dire économique et environnemental ), cette solution serait donc économiquement bonne et environnementalement aussi.
Le marché des aliments biologiques est en pleine expansion au Québec. Les entreprises réparties dans chacune des régions de la province génèrent plus de 10 000 emplois dans tous les grands secteurs d’activité.

Enfin pour les besoins en nourriture, il y a plusieurs choses possibles.

Stephen

StephenS1
Utilisateur

Messages : 9
Date d'inscription : 06/05/2019

Revenir en haut Aller en bas

Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ? - Page 2 Empty Re: Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ?

Message  StephenS1 le Sam 18 Mai 2019 - 21:43

Florent1S1 a écrit:
StephenS1 a écrit:
Florent1S1 a écrit:
Dana S. S2 a écrit:
Florent1S1 a écrit:Bonjour Jeanne et Dana,
Je trouve votre article fort intéressant, et bien documenté. Il nous ouvre les yeux sur les dangers de notre alimentation, ce qui est extrêmement important dans le monde d'aujourd'hui.
J'avais une question concernant les dangers potentiels des OGM pour la santé. Dans votre article, vous avancez le fait que l'utilisation fréquente d'OGM peut mener à de nouvelles souches de bactéries résistantes aux antibiotiques. Toutefois, vous dites vous-mêmes que les expériences réalisées sur ce sujet n'ont pas validé ce phénomène.
De plus, chaque produit issu de l'agriculture à base d'OGM est testé minutieusement avant sa mise sur le marché.
Pensez-vous donc que ceci pose réellement un danger sur la santé des êtres humains? Si oui, devrions-nous continuer la recherche et le développement des OGM malgré les risques qu'ils présentent?
Merci beaucoup,
Florent 1S1

Bonjour Florent,

Effectivement, de nos jours les quelques expériences réalisées sur des animaux nourris d'OGM démontrent qu'il n'y a pas d'effets voire peu d'effets sur la santé de ces derniers. Cependant, ces expériences restent plutôt rares et ne sont réalisées que sur une consommation à court terme. Ce qui veut dire que nous ne sommes pas sûrs des conséquences que peuvent avoir ces OGM sur notre santé si l'on consomme en grande quantité et sur une longue période de temps. Le Ministère de la Santé du Québec affirme qu'«il faut rester attentif aux impacts potentiels à long terme sur la santé» et qu'«il demeure nécessaire de poursuivre les évaluations de leur sécurité avant de les commercialiser, afin de prévenir tout risque pour la santé et l'environnement».
C'est bien le cas des nouvelles souches de bactéries résistantes aux bactéries qui peuvent se développer. Dans ces cas là, les conséquences de cette utilisation sont irréversibles.
Les chercheurs ne peuvent donc pas prédire les mutations que peuvent avoir les gènes. C'est bien l'un des facteurs de risques qu'ont les OGM sur la santé humaine.
Pour plus d'informations concernant ce sujet, je te propose le site du Ministère de la Santé du Québec ainsi que ses articles sur l'utilisation des OGM : http://www.ogm.gouv.qc.ca/sante_et_environnement/sante/risques_potentiels/sante_risques.html


Personnellement, je trouve que les OGM, si ils peuvent être évités, doivent être éliminés de nos techniques d'agriculture du fait des risques de mutation. Cependant, il y a certains cas où l'utilisation des OGM est indispensable pour subvenir aux besoins d'une population, par exemple dans le cas de carence en vitamine ou en fer. La seule chose que l'on peut dire c'est bien que ce sujet est énormément débattu du fait de l'absence de données concrètes qui prouvent ou non les risques des OGM.
J'espère avoir bien répondu à ta question,
Dana.
Bonjour Dana,
Cela serait donc un risque lié à une utilisation d'OGM à long terme et en forte quantité si je comprends bien.
Je suis complètement d'accord que les OGM sont indispensables dans certain cas afin de pouvoir répondre aux besoins nutritifs d'une population. Toutefois, même si quasiment 13% de la population mondiale souffre de malnutrition, le reste est capable de subvenir à leurs besoins, et n'ont donc pas besoin d'aliments plus nutritifs pour vivre correctement.

Devrions-nous retirer les OGM des marchés de pays n'en ayant pas besoin afin de continuer les recherches et savoir exactement leurs risques; et réserver leur usage aux populations souffrant de malnutrition?
Merci beaucoup,
Florent 1S1

Bonjour Florent,
Ta question sur ''devrions-nous retirer les OGM des marchés de pays n'en ayant pas besoin afin de continuer les recherches et savoir exactement leurs risques; et réserver leur usage aux populations souffrant de malnutrition?'' me parait aux premiers abords rhétorique ou ''incorrecte''; car il semblerait évident vu la tournure de ta phrase, forcément  si les OGM sont néfastes ou possiblement  néfastes,  on devrait forcément les retirer si le pays n'en n'a pas besoin. Ta question devrait plutôt donc porter  non pas sur devrions-nous les retirer,   mais plutôt sur peut-on et comment les retirer?  
En effet nous savons que les OGM occupent une part importante dans l'agriculture et l'alimentation de nos jours, très mondialisée. Ce n'est pas seulement une question d'aliments plus nutritifs  dont une partie de la population pourrait se passer comme tu dis; car en plus, les aliments pour une partie seraient moins nutritifs : Des travaux menés aux Etats-Unis sur 43 fruits et légumes, et publiés en 2004, indiquent que les concentrations ont baissé : 20 % pour la vitamine C, 15 % pour le fer, 16 % pour le calcium ou encore 6 % pour les protéines.
« Les efforts pour cultiver de nouvelles variétés offrant de meilleurs rendements, une résistance aux insectes et une meilleure adaptation aux conditions météo ont permis aux plantations de croître plus et plus rapidement, mais la capacité des variétés à produire des nutriments n’a pas suivi cette croissance rapide », selon Donald Davis, chercheur à l’Institut biochimique de l’université du Texas. (voir : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/10/12/qualite-nutritive-des-aliments-des-inquietudes-et-des-exagerations_5012617_4355770.html )
Ils sembleraient donc qu'il faille en consommer plus pour un apport nutritif équivalent...

Aussi, la plupart des animaux destinés à l’alimentation humaine sont nourris de maïs et de soja génétiquement modifiés (GM). Cependant, des études ont démontré que leur digestion fait en sorte qu’on ne retrouve pas de traces d’OGM dans le lait, la viande ou les œufs.
Finalement, ce sont dans les aliments transformés que l’on retrouve la grande majorité d’OGM, sous forme d’ingrédients comme l’amidon, la farine, les sirops, la lécithine, etc. Ces ingrédients dérivés du soja, du maïs et du canola sont présents dans des centaines de produits comme les barres tendres, les mélanges à crêpes, les biscuits, les céréales, etc... Mais les étapes comme la cuisson, la digestion, le raffinage... élimineraient la majeure partie du patrimoine génétique original. (voir : https://quebec.huffingtonpost.ca/2017/05/29/ogm-aliments-_n_16867444.html) pêche

De plus, l'exploitation d'OGM n’empêche pas la recherche, au contraire, c'est aussi en étudiant leur impact et leur emploi qu'on peut l'étudier.

Bonjour Stephen,
Tu dis que certaines plantes peuvent avoir une valeur nutritive plus basse après modification génétique. Pour appuyer ceci, tu prends une citation parlant d'un organisme ayant été modifié afin d'offrir "de meilleurs rendements, une résistance aux insectes et une meilleure adaptation aux conditions météo" Il y a une expression qui dit "trop de modifications génétiques tuent les modifications génétiques." (expression qui ne s'applique pas seulement aux modifications génétiques Laughing ). Si nous cherchons à créer une plante avec des valeurs nutritives plus importantes, nous devrons nous focaliser sur cet aspect, et non sur tout pouvant être modifié dans cette plante.
Mais d'après le site du gouvernement du Québec, il serait possible de créer des aliments avec des valeurs nutritives importantes à l'aide de la transgenèse.
(Pour plus d'information,voici le site: http://www.ogm.gouv.qc.ca/sante_et_environnement/sante/benefices_potentiels/avantages.html)

Je suis d'accord sur le fait que les tests et expériences sont nécessaires afin de pouvoir étudier un produit en profondeur. Toutefois, je pense que nous  devrions faire tout d'abord des essais sur des échelles réduites, et non sur toute une population de plusieurs millions de personnes, afin de vérifier si la consommation d'OGM est nocive ou non à la santé des consommateurs.
Merci,
Florent 1S1

Rebonjour,
Dans ce cas, à quelle échelle étudier? Et sur quelles populations?

StephenS1
Utilisateur

Messages : 9
Date d'inscription : 06/05/2019

Revenir en haut Aller en bas

Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ? - Page 2 Empty Re: Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ?

Message  Florent1S1 le Sam 18 Mai 2019 - 22:51

StephenS1 a écrit:
Florent1S1 a écrit:
StephenS1 a écrit:
Florent1S1 a écrit:
Dana S. S2 a écrit:
Florent1S1 a écrit:Bonjour Jeanne et Dana,
Je trouve votre article fort intéressant, et bien documenté. Il nous ouvre les yeux sur les dangers de notre alimentation, ce qui est extrêmement important dans le monde d'aujourd'hui.
J'avais une question concernant les dangers potentiels des OGM pour la santé. Dans votre article, vous avancez le fait que l'utilisation fréquente d'OGM peut mener à de nouvelles souches de bactéries résistantes aux antibiotiques. Toutefois, vous dites vous-mêmes que les expériences réalisées sur ce sujet n'ont pas validé ce phénomène.
De plus, chaque produit issu de l'agriculture à base d'OGM est testé minutieusement avant sa mise sur le marché.
Pensez-vous donc que ceci pose réellement un danger sur la santé des êtres humains? Si oui, devrions-nous continuer la recherche et le développement des OGM malgré les risques qu'ils présentent?
Merci beaucoup,
Florent 1S1

Bonjour Florent,

Effectivement, de nos jours les quelques expériences réalisées sur des animaux nourris d'OGM démontrent qu'il n'y a pas d'effets voire peu d'effets sur la santé de ces derniers. Cependant, ces expériences restent plutôt rares et ne sont réalisées que sur une consommation à court terme. Ce qui veut dire que nous ne sommes pas sûrs des conséquences que peuvent avoir ces OGM sur notre santé si l'on consomme en grande quantité et sur une longue période de temps. Le Ministère de la Santé du Québec affirme qu'«il faut rester attentif aux impacts potentiels à long terme sur la santé» et qu'«il demeure nécessaire de poursuivre les évaluations de leur sécurité avant de les commercialiser, afin de prévenir tout risque pour la santé et l'environnement».
C'est bien le cas des nouvelles souches de bactéries résistantes aux bactéries qui peuvent se développer. Dans ces cas là, les conséquences de cette utilisation sont irréversibles.
Les chercheurs ne peuvent donc pas prédire les mutations que peuvent avoir les gènes. C'est bien l'un des facteurs de risques qu'ont les OGM sur la santé humaine.
Pour plus d'informations concernant ce sujet, je te propose le site du Ministère de la Santé du Québec ainsi que ses articles sur l'utilisation des OGM : http://www.ogm.gouv.qc.ca/sante_et_environnement/sante/risques_potentiels/sante_risques.html


Personnellement, je trouve que les OGM, si ils peuvent être évités, doivent être éliminés de nos techniques d'agriculture du fait des risques de mutation. Cependant, il y a certains cas où l'utilisation des OGM est indispensable pour subvenir aux besoins d'une population, par exemple dans le cas de carence en vitamine ou en fer. La seule chose que l'on peut dire c'est bien que ce sujet est énormément débattu du fait de l'absence de données concrètes qui prouvent ou non les risques des OGM.
J'espère avoir bien répondu à ta question,
Dana.
Bonjour Dana,
Cela serait donc un risque lié à une utilisation d'OGM à long terme et en forte quantité si je comprends bien.
Je suis complètement d'accord que les OGM sont indispensables dans certain cas afin de pouvoir répondre aux besoins nutritifs d'une population. Toutefois, même si quasiment 13% de la population mondiale souffre de malnutrition, le reste est capable de subvenir à leurs besoins, et n'ont donc pas besoin d'aliments plus nutritifs pour vivre correctement.

Devrions-nous retirer les OGM des marchés de pays n'en ayant pas besoin afin de continuer les recherches et savoir exactement leurs risques; et réserver leur usage aux populations souffrant de malnutrition?
Merci beaucoup,
Florent 1S1

Bonjour Florent,
Ta question sur ''devrions-nous retirer les OGM des marchés de pays n'en ayant pas besoin afin de continuer les recherches et savoir exactement leurs risques; et réserver leur usage aux populations souffrant de malnutrition?'' me parait aux premiers abords rhétorique ou ''incorrecte''; car il semblerait évident vu la tournure de ta phrase, forcément  si les OGM sont néfastes ou possiblement  néfastes,  on devrait forcément les retirer si le pays n'en n'a pas besoin. Ta question devrait plutôt donc porter  non pas sur devrions-nous les retirer,   mais plutôt sur peut-on et comment les retirer?  
En effet nous savons que les OGM occupent une part importante dans l'agriculture et l'alimentation de nos jours, très mondialisée. Ce n'est pas seulement une question d'aliments plus nutritifs  dont une partie de la population pourrait se passer comme tu dis; car en plus, les aliments pour une partie seraient moins nutritifs : Des travaux menés aux Etats-Unis sur 43 fruits et légumes, et publiés en 2004, indiquent que les concentrations ont baissé : 20 % pour la vitamine C, 15 % pour le fer, 16 % pour le calcium ou encore 6 % pour les protéines.
« Les efforts pour cultiver de nouvelles variétés offrant de meilleurs rendements, une résistance aux insectes et une meilleure adaptation aux conditions météo ont permis aux plantations de croître plus et plus rapidement, mais la capacité des variétés à produire des nutriments n’a pas suivi cette croissance rapide », selon Donald Davis, chercheur à l’Institut biochimique de l’université du Texas. (voir : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/10/12/qualite-nutritive-des-aliments-des-inquietudes-et-des-exagerations_5012617_4355770.html )
Ils sembleraient donc qu'il faille en consommer plus pour un apport nutritif équivalent...

Aussi, la plupart des animaux destinés à l’alimentation humaine sont nourris de maïs et de soja génétiquement modifiés (GM). Cependant, des études ont démontré que leur digestion fait en sorte qu’on ne retrouve pas de traces d’OGM dans le lait, la viande ou les œufs.
Finalement, ce sont dans les aliments transformés que l’on retrouve la grande majorité d’OGM, sous forme d’ingrédients comme l’amidon, la farine, les sirops, la lécithine, etc. Ces ingrédients dérivés du soja, du maïs et du canola sont présents dans des centaines de produits comme les barres tendres, les mélanges à crêpes, les biscuits, les céréales, etc... Mais les étapes comme la cuisson, la digestion, le raffinage... élimineraient la majeure partie du patrimoine génétique original. (voir : https://quebec.huffingtonpost.ca/2017/05/29/ogm-aliments-_n_16867444.html) pêche

De plus, l'exploitation d'OGM n’empêche pas la recherche, au contraire, c'est aussi en étudiant leur impact et leur emploi qu'on peut l'étudier.

Bonjour Stephen,
Tu dis que certaines plantes peuvent avoir une valeur nutritive plus basse après modification génétique. Pour appuyer ceci, tu prends une citation parlant d'un organisme ayant été modifié afin d'offrir "de meilleurs rendements, une résistance aux insectes et une meilleure adaptation aux conditions météo" Il y a une expression qui dit "trop de modifications génétiques tuent les modifications génétiques." (expression qui ne s'applique pas seulement aux modifications génétiques Laughing ). Si nous cherchons à créer une plante avec des valeurs nutritives plus importantes, nous devrons nous focaliser sur cet aspect, et non sur tout pouvant être modifié dans cette plante.
Mais d'après le site du gouvernement du Québec, il serait possible de créer des aliments avec des valeurs nutritives importantes à l'aide de la transgenèse.
(Pour plus d'information,voici le site: http://www.ogm.gouv.qc.ca/sante_et_environnement/sante/benefices_potentiels/avantages.html)

Je suis d'accord sur le fait que les tests et expériences sont nécessaires afin de pouvoir étudier un produit en profondeur. Toutefois, je pense que nous  devrions faire tout d'abord des essais sur des échelles réduites, et non sur toute une population de plusieurs millions de personnes, afin de vérifier si la consommation d'OGM est nocive ou non à la santé des consommateurs.
Merci,
Florent 1S1

Rebonjour,
Dans ce cas, à  quelle échelle étudier? Et sur quelles populations?
Bonjour Stephen,
D'après moi, nous devrions premièrement tester les effets des OGM sur des animaux, tel que des rats ou lapins. Nous devrions appliquer la même procédure que pour l'essai d'antibiotiques. Ensuite, si les tests sur animaux montrent que les OGM ne sont pas nocifs pour la santé des hommes, nous pouvons les commercialiser, les rendre accessible à tous sur les marchés.
Qu'en penses-tu?
Merci,
Florent 1S1

Florent1S1
Utilisateur

Messages : 20
Date d'inscription : 01/05/2019

Revenir en haut Aller en bas

Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ? - Page 2 Empty Re: Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ?

Message  StephenS1 le Dim 19 Mai 2019 - 0:08

Florent1S1 a écrit:
StephenS1 a écrit:
Florent1S1 a écrit:
StephenS1 a écrit:
Florent1S1 a écrit:
Dana S. S2 a écrit:
Florent1S1 a écrit:Bonjour Jeanne et Dana,
Je trouve votre article fort intéressant, et bien documenté. Il nous ouvre les yeux sur les dangers de notre alimentation, ce qui est extrêmement important dans le monde d'aujourd'hui.
J'avais une question concernant les dangers potentiels des OGM pour la santé. Dans votre article, vous avancez le fait que l'utilisation fréquente d'OGM peut mener à de nouvelles souches de bactéries résistantes aux antibiotiques. Toutefois, vous dites vous-mêmes que les expériences réalisées sur ce sujet n'ont pas validé ce phénomène.
De plus, chaque produit issu de l'agriculture à base d'OGM est testé minutieusement avant sa mise sur le marché.
Pensez-vous donc que ceci pose réellement un danger sur la santé des êtres humains? Si oui, devrions-nous continuer la recherche et le développement des OGM malgré les risques qu'ils présentent?
Merci beaucoup,
Florent 1S1

Bonjour Florent,

Effectivement, de nos jours les quelques expériences réalisées sur des animaux nourris d'OGM démontrent qu'il n'y a pas d'effets voire peu d'effets sur la santé de ces derniers. Cependant, ces expériences restent plutôt rares et ne sont réalisées que sur une consommation à court terme. Ce qui veut dire que nous ne sommes pas sûrs des conséquences que peuvent avoir ces OGM sur notre santé si l'on consomme en grande quantité et sur une longue période de temps. Le Ministère de la Santé du Québec affirme qu'«il faut rester attentif aux impacts potentiels à long terme sur la santé» et qu'«il demeure nécessaire de poursuivre les évaluations de leur sécurité avant de les commercialiser, afin de prévenir tout risque pour la santé et l'environnement».
C'est bien le cas des nouvelles souches de bactéries résistantes aux bactéries qui peuvent se développer. Dans ces cas là, les conséquences de cette utilisation sont irréversibles.
Les chercheurs ne peuvent donc pas prédire les mutations que peuvent avoir les gènes. C'est bien l'un des facteurs de risques qu'ont les OGM sur la santé humaine.
Pour plus d'informations concernant ce sujet, je te propose le site du Ministère de la Santé du Québec ainsi que ses articles sur l'utilisation des OGM : http://www.ogm.gouv.qc.ca/sante_et_environnement/sante/risques_potentiels/sante_risques.html


Personnellement, je trouve que les OGM, si ils peuvent être évités, doivent être éliminés de nos techniques d'agriculture du fait des risques de mutation. Cependant, il y a certains cas où l'utilisation des OGM est indispensable pour subvenir aux besoins d'une population, par exemple dans le cas de carence en vitamine ou en fer. La seule chose que l'on peut dire c'est bien que ce sujet est énormément débattu du fait de l'absence de données concrètes qui prouvent ou non les risques des OGM.
J'espère avoir bien répondu à ta question,
Dana.
Bonjour Dana,
Cela serait donc un risque lié à une utilisation d'OGM à long terme et en forte quantité si je comprends bien.
Je suis complètement d'accord que les OGM sont indispensables dans certain cas afin de pouvoir répondre aux besoins nutritifs d'une population. Toutefois, même si quasiment 13% de la population mondiale souffre de malnutrition, le reste est capable de subvenir à leurs besoins, et n'ont donc pas besoin d'aliments plus nutritifs pour vivre correctement.

Devrions-nous retirer les OGM des marchés de pays n'en ayant pas besoin afin de continuer les recherches et savoir exactement leurs risques; et réserver leur usage aux populations souffrant de malnutrition?
Merci beaucoup,
Florent 1S1

Bonjour Florent,
Ta question sur ''devrions-nous retirer les OGM des marchés de pays n'en ayant pas besoin afin de continuer les recherches et savoir exactement leurs risques; et réserver leur usage aux populations souffrant de malnutrition?'' me parait aux premiers abords rhétorique ou ''incorrecte''; car il semblerait évident vu la tournure de ta phrase, forcément  si les OGM sont néfastes ou possiblement  néfastes,  on devrait forcément les retirer si le pays n'en n'a pas besoin. Ta question devrait plutôt donc porter  non pas sur devrions-nous les retirer,   mais plutôt sur peut-on et comment les retirer?  
En effet nous savons que les OGM occupent une part importante dans l'agriculture et l'alimentation de nos jours, très mondialisée. Ce n'est pas seulement une question d'aliments plus nutritifs  dont une partie de la population pourrait se passer comme tu dis; car en plus, les aliments pour une partie seraient moins nutritifs : Des travaux menés aux Etats-Unis sur 43 fruits et légumes, et publiés en 2004, indiquent que les concentrations ont baissé : 20 % pour la vitamine C, 15 % pour le fer, 16 % pour le calcium ou encore 6 % pour les protéines.
« Les efforts pour cultiver de nouvelles variétés offrant de meilleurs rendements, une résistance aux insectes et une meilleure adaptation aux conditions météo ont permis aux plantations de croître plus et plus rapidement, mais la capacité des variétés à produire des nutriments n’a pas suivi cette croissance rapide », selon Donald Davis, chercheur à l’Institut biochimique de l’université du Texas. (voir : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/10/12/qualite-nutritive-des-aliments-des-inquietudes-et-des-exagerations_5012617_4355770.html )
Ils sembleraient donc qu'il faille en consommer plus pour un apport nutritif équivalent...

Aussi, la plupart des animaux destinés à l’alimentation humaine sont nourris de maïs et de soja génétiquement modifiés (GM). Cependant, des études ont démontré que leur digestion fait en sorte qu’on ne retrouve pas de traces d’OGM dans le lait, la viande ou les œufs.
Finalement, ce sont dans les aliments transformés que l’on retrouve la grande majorité d’OGM, sous forme d’ingrédients comme l’amidon, la farine, les sirops, la lécithine, etc. Ces ingrédients dérivés du soja, du maïs et du canola sont présents dans des centaines de produits comme les barres tendres, les mélanges à crêpes, les biscuits, les céréales, etc... Mais les étapes comme la cuisson, la digestion, le raffinage... élimineraient la majeure partie du patrimoine génétique original. (voir : https://quebec.huffingtonpost.ca/2017/05/29/ogm-aliments-_n_16867444.html) pêche

De plus, l'exploitation d'OGM n’empêche pas la recherche, au contraire, c'est aussi en étudiant leur impact et leur emploi qu'on peut l'étudier.

Bonjour Stephen,
Tu dis que certaines plantes peuvent avoir une valeur nutritive plus basse après modification génétique. Pour appuyer ceci, tu prends une citation parlant d'un organisme ayant été modifié afin d'offrir "de meilleurs rendements, une résistance aux insectes et une meilleure adaptation aux conditions météo" Il y a une expression qui dit "trop de modifications génétiques tuent les modifications génétiques." (expression qui ne s'applique pas seulement aux modifications génétiques Laughing ). Si nous cherchons à créer une plante avec des valeurs nutritives plus importantes, nous devrons nous focaliser sur cet aspect, et non sur tout pouvant être modifié dans cette plante.
Mais d'après le site du gouvernement du Québec, il serait possible de créer des aliments avec des valeurs nutritives importantes à l'aide de la transgenèse.
(Pour plus d'information,voici le site: http://www.ogm.gouv.qc.ca/sante_et_environnement/sante/benefices_potentiels/avantages.html)

Je suis d'accord sur le fait que les tests et expériences sont nécessaires afin de pouvoir étudier un produit en profondeur. Toutefois, je pense que nous  devrions faire tout d'abord des essais sur des échelles réduites, et non sur toute une population de plusieurs millions de personnes, afin de vérifier si la consommation d'OGM est nocive ou non à la santé des consommateurs.
Merci,
Florent 1S1

Rebonjour,
Dans ce cas, à  quelle échelle étudier? Et sur quelles populations?
Bonjour Stephen,
D'après moi, nous devrions premièrement tester les effets des OGM sur des animaux, tel que des rats ou lapins. Nous devrions appliquer la même procédure que pour l'essai d'antibiotiques. Ensuite, si les tests sur animaux montrent que les OGM ne sont pas nocifs pour la santé des hommes, nous pouvons les commercialiser, les rendre accessible à tous sur les marchés.
Qu'en penses-tu?
Merci,
Florent 1S1

Resalut,
J'ignore si cela serait très concluant... On sait que les OGM présentent des risques, mais que je sache, aucun cas a ce jour ne semble confirmer cela. Les OGM existent depuis deux décennies, penses-tu donc que faire des tests serait concluant à l'échelle humaine? De plus il se peut que les effets des OGM se fasse à l échelle humaine par biomagnification ( comme expliqué dans l'article de Jeanne et Ghia ). Il pourrait donc être trop tard lorsque les études révéleraient les possibles dangers, la biocénose sera déjà affectée...
En attendant, les OGM sont déja utilisé dans l'agriculture, qui nourrit en grande partie le bétail...
Stephen

StephenS1
Utilisateur

Messages : 9
Date d'inscription : 06/05/2019

Revenir en haut Aller en bas

Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ? - Page 2 Empty Re: Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ?

Message  Florent1S1 le Dim 19 Mai 2019 - 0:21

StephenS1 a écrit:
Florent1S1 a écrit:
StephenS1 a écrit:
Florent1S1 a écrit:
StephenS1 a écrit:
Florent1S1 a écrit:
Dana S. S2 a écrit:
Florent1S1 a écrit:Bonjour Jeanne et Dana,
Je trouve votre article fort intéressant, et bien documenté. Il nous ouvre les yeux sur les dangers de notre alimentation, ce qui est extrêmement important dans le monde d'aujourd'hui.
J'avais une question concernant les dangers potentiels des OGM pour la santé. Dans votre article, vous avancez le fait que l'utilisation fréquente d'OGM peut mener à de nouvelles souches de bactéries résistantes aux antibiotiques. Toutefois, vous dites vous-mêmes que les expériences réalisées sur ce sujet n'ont pas validé ce phénomène.
De plus, chaque produit issu de l'agriculture à base d'OGM est testé minutieusement avant sa mise sur le marché.
Pensez-vous donc que ceci pose réellement un danger sur la santé des êtres humains? Si oui, devrions-nous continuer la recherche et le développement des OGM malgré les risques qu'ils présentent?
Merci beaucoup,
Florent 1S1

Bonjour Florent,

Effectivement, de nos jours les quelques expériences réalisées sur des animaux nourris d'OGM démontrent qu'il n'y a pas d'effets voire peu d'effets sur la santé de ces derniers. Cependant, ces expériences restent plutôt rares et ne sont réalisées que sur une consommation à court terme. Ce qui veut dire que nous ne sommes pas sûrs des conséquences que peuvent avoir ces OGM sur notre santé si l'on consomme en grande quantité et sur une longue période de temps. Le Ministère de la Santé du Québec affirme qu'«il faut rester attentif aux impacts potentiels à long terme sur la santé» et qu'«il demeure nécessaire de poursuivre les évaluations de leur sécurité avant de les commercialiser, afin de prévenir tout risque pour la santé et l'environnement».
C'est bien le cas des nouvelles souches de bactéries résistantes aux bactéries qui peuvent se développer. Dans ces cas là, les conséquences de cette utilisation sont irréversibles.
Les chercheurs ne peuvent donc pas prédire les mutations que peuvent avoir les gènes. C'est bien l'un des facteurs de risques qu'ont les OGM sur la santé humaine.
Pour plus d'informations concernant ce sujet, je te propose le site du Ministère de la Santé du Québec ainsi que ses articles sur l'utilisation des OGM : http://www.ogm.gouv.qc.ca/sante_et_environnement/sante/risques_potentiels/sante_risques.html


Personnellement, je trouve que les OGM, si ils peuvent être évités, doivent être éliminés de nos techniques d'agriculture du fait des risques de mutation. Cependant, il y a certains cas où l'utilisation des OGM est indispensable pour subvenir aux besoins d'une population, par exemple dans le cas de carence en vitamine ou en fer. La seule chose que l'on peut dire c'est bien que ce sujet est énormément débattu du fait de l'absence de données concrètes qui prouvent ou non les risques des OGM.
J'espère avoir bien répondu à ta question,
Dana.
Bonjour Dana,
Cela serait donc un risque lié à une utilisation d'OGM à long terme et en forte quantité si je comprends bien.
Je suis complètement d'accord que les OGM sont indispensables dans certain cas afin de pouvoir répondre aux besoins nutritifs d'une population. Toutefois, même si quasiment 13% de la population mondiale souffre de malnutrition, le reste est capable de subvenir à leurs besoins, et n'ont donc pas besoin d'aliments plus nutritifs pour vivre correctement.

Devrions-nous retirer les OGM des marchés de pays n'en ayant pas besoin afin de continuer les recherches et savoir exactement leurs risques; et réserver leur usage aux populations souffrant de malnutrition?
Merci beaucoup,
Florent 1S1

Bonjour Florent,
Ta question sur ''devrions-nous retirer les OGM des marchés de pays n'en ayant pas besoin afin de continuer les recherches et savoir exactement leurs risques; et réserver leur usage aux populations souffrant de malnutrition?'' me parait aux premiers abords rhétorique ou ''incorrecte''; car il semblerait évident vu la tournure de ta phrase, forcément  si les OGM sont néfastes ou possiblement  néfastes,  on devrait forcément les retirer si le pays n'en n'a pas besoin. Ta question devrait plutôt donc porter  non pas sur devrions-nous les retirer,   mais plutôt sur peut-on et comment les retirer?  
En effet nous savons que les OGM occupent une part importante dans l'agriculture et l'alimentation de nos jours, très mondialisée. Ce n'est pas seulement une question d'aliments plus nutritifs  dont une partie de la population pourrait se passer comme tu dis; car en plus, les aliments pour une partie seraient moins nutritifs : Des travaux menés aux Etats-Unis sur 43 fruits et légumes, et publiés en 2004, indiquent que les concentrations ont baissé : 20 % pour la vitamine C, 15 % pour le fer, 16 % pour le calcium ou encore 6 % pour les protéines.
« Les efforts pour cultiver de nouvelles variétés offrant de meilleurs rendements, une résistance aux insectes et une meilleure adaptation aux conditions météo ont permis aux plantations de croître plus et plus rapidement, mais la capacité des variétés à produire des nutriments n’a pas suivi cette croissance rapide », selon Donald Davis, chercheur à l’Institut biochimique de l’université du Texas. (voir : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/10/12/qualite-nutritive-des-aliments-des-inquietudes-et-des-exagerations_5012617_4355770.html )
Ils sembleraient donc qu'il faille en consommer plus pour un apport nutritif équivalent...

Aussi, la plupart des animaux destinés à l’alimentation humaine sont nourris de maïs et de soja génétiquement modifiés (GM). Cependant, des études ont démontré que leur digestion fait en sorte qu’on ne retrouve pas de traces d’OGM dans le lait, la viande ou les œufs.
Finalement, ce sont dans les aliments transformés que l’on retrouve la grande majorité d’OGM, sous forme d’ingrédients comme l’amidon, la farine, les sirops, la lécithine, etc. Ces ingrédients dérivés du soja, du maïs et du canola sont présents dans des centaines de produits comme les barres tendres, les mélanges à crêpes, les biscuits, les céréales, etc... Mais les étapes comme la cuisson, la digestion, le raffinage... élimineraient la majeure partie du patrimoine génétique original. (voir : https://quebec.huffingtonpost.ca/2017/05/29/ogm-aliments-_n_16867444.html) pêche

De plus, l'exploitation d'OGM n’empêche pas la recherche, au contraire, c'est aussi en étudiant leur impact et leur emploi qu'on peut l'étudier.

Bonjour Stephen,
Tu dis que certaines plantes peuvent avoir une valeur nutritive plus basse après modification génétique. Pour appuyer ceci, tu prends une citation parlant d'un organisme ayant été modifié afin d'offrir "de meilleurs rendements, une résistance aux insectes et une meilleure adaptation aux conditions météo" Il y a une expression qui dit "trop de modifications génétiques tuent les modifications génétiques." (expression qui ne s'applique pas seulement aux modifications génétiques Laughing ). Si nous cherchons à créer une plante avec des valeurs nutritives plus importantes, nous devrons nous focaliser sur cet aspect, et non sur tout pouvant être modifié dans cette plante.
Mais d'après le site du gouvernement du Québec, il serait possible de créer des aliments avec des valeurs nutritives importantes à l'aide de la transgenèse.
(Pour plus d'information,voici le site: http://www.ogm.gouv.qc.ca/sante_et_environnement/sante/benefices_potentiels/avantages.html)

Je suis d'accord sur le fait que les tests et expériences sont nécessaires afin de pouvoir étudier un produit en profondeur. Toutefois, je pense que nous  devrions faire tout d'abord des essais sur des échelles réduites, et non sur toute une population de plusieurs millions de personnes, afin de vérifier si la consommation d'OGM est nocive ou non à la santé des consommateurs.
Merci,
Florent 1S1

Rebonjour,
Dans ce cas, à  quelle échelle étudier? Et sur quelles populations?
Bonjour Stephen,
D'après moi, nous devrions premièrement tester les effets des OGM sur des animaux, tel que des rats ou lapins. Nous devrions appliquer la même procédure que pour l'essai d'antibiotiques. Ensuite, si les tests sur animaux montrent que les OGM ne sont pas nocifs pour la santé des hommes, nous pouvons les commercialiser, les rendre accessible à tous sur les marchés.
Qu'en penses-tu?
Merci,
Florent 1S1

Resalut,
J'ignore si cela serait très concluant... On sait que les OGM présentent des risques, mais que je sache, aucun cas a ce jour ne semble confirmer cela. Les OGM existent depuis deux décennies, penses-tu donc que faire des tests serait concluant à l'échelle humaine? De plus il se peut que les effets des OGM se fasse à l échelle humaine par biomagnification ( comme expliqué dans l'article de Jeanne et Ghia ). Il pourrait donc être trop tard lorsque les études révéleraient les possibles dangers, la biocénose sera déjà affectée...
En attendant, les OGM sont déja utilisé dans l'agriculture, qui nourrit en grande partie le bétail...
Stephen
Bonjour Stephen,
Il est vrai que les OGM ont déjà été testés sur les animaux en laboratoire ainsi que sur le bétail utilisé pour la consommation aujourd'hui. Comme nous consommons ce bétail, nous pourrions supposer que les OGM arrivent dans notre corps. Or, comme tu l'as dit plus tôt, les produits issus de ce bétail ne sont pas considérés comme OGM, donc les effets potentiels des OGM ne sont pas ressentis sur le corps humain.
Es-tu en train de dire que les études que nous faisons sur les OGM pourraient être vues comme étant inutiles? Car si les études révèlent les dangers des OGM, mais trop tard, l'étude perd son but en quelque sorte.
Florent

Florent1S1
Utilisateur

Messages : 20
Date d'inscription : 01/05/2019

Revenir en haut Aller en bas

Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ? - Page 2 Empty Re: Va-t-on mourir à cause de notre PROPRE alimentation ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum